[JOUR 1] Rencontre avec une amie de Hrant Dink

Nous venons d’arriver en Turquie pour notre premier jour de video blog reportage. Le voyage s’est bien passé et nous avons réussi à trouver une connexion correcte quoique très faible. Nous avions rendez-vous avec Betul Tanbay, une mathématicienne proche du journaliste Hrant Dink, assassiné le 19 janvier dernier à Istanbul. Pour cette première séquence, nous avons notamment relayé la question d’Alexandre (postée sur ce blog) portant sur l’affaire du président du Parti des travailleurs turcs, condamné en Suisse pour négationnisme.

[JOUR 1] Une amie de Hrant Dink par BlogTrotters


Video filmée ici :

41 réponses sur “[JOUR 1] Rencontre avec une amie de Hrant Dink”

  1. Vous faites un travail magnifique, merci.

    Arménien de la diaspora, il m’est bien évidemment difficile de comprendre l’attitude de cette journaliste par rapport à la reconnaissance du génocide. Il me semble que lorsque tant de démarches conciliatoires, tant de propositions de compromis ont été faites sans aucun résultat, une démarche plus « punitive » est plus appropriée. Pour s’opposer à une loi, il faut une contre-loi. Par exemple, il y a des lois de non-égalité des femmes et des hommes dans certains pays musulmans, pourquoi y a-t-il une loi d’égalité chez nous? Personne, ou peu, ne s’est élevé contre. Je trouve sur ce point très juste qu’il y ait une loi punissant le négationnisme en France. Les remarques sur la liberté d’expression me semblent à ce propos mal venues, et frisant une idéologie brune rampante.

  2. Merci et bravo à vous deux. La reception de l’image et du son sont très bons. On ressent un certain trouble dans les réponses et les propos de cette mathématicienne, bien qu’elle donne le change dans son assurance. Pas évident pour eux…

  3. Bonjour! J’admire votre initiative, mais d’autre part, je trouve cruel d’interroger des personnes en Turquie, qui savent que leurs propos peuvent être mal interprétés et les conduire à la prison, ou même à la mort, comme cela a été le cas pour Hrant Dink. Comment parler librement dans ces conditions? Et puis, en ce qui concerne la liberté d’expression: elle doit être respectée, mais elle a des limites. La diffamation, par exemple, est passible de punition. Nier le génocide, c’est infliger une grande douleur aux descendants des victimes et des survivants, et c’est la raison pour laquelle la loi interdit cette négation. Peu de gens semblent être contre le fait que la négation de la Shoah soit punie, pourquoi devrait-il en être autrement avec le génocide des arméniens?

  4. Armand> La personne que nous avons interrogée n’est pas vraiment journaliste :) mais mathématicienne et surtout une proche de Hrant Drink. Sa position du le génocide arménien est très claire (comme le fut celui de Hrant Dink). La reconnaissance pleine et entière de ce qui s’est passé. Elle estime pourtant que la pénalisation de la négation pourrait être contre-productive en donnant aux négationnistes un argument de victimisation.
    Je crois qu’il est important d’entendre toutes les positions du moment qu’elles sont respectueuses de chacun.
    Merci pour votre contribution. :)
    Alexandre> Il semble d’après ce que nous a dit Betul que la situation est effectivement assez tendue sur place…
    Muriel> Merci pour votre mot. :) Nous faisons très attention à ne pas mettre nos interlocuteurs dans une situation délicate en Turquie. Le sujet de la pénalisation de la négation est un vaste débat. En France aussi certains se prononcent contre cette pénalisation que ce soit pour le génocide arménien ou même la Shoah. Tous ceux qui doutent de l’efficacité d’une telle pénalisation ne sont bien évidemment pas tous des négationnistes (comme Hrant Dink lui-même).

  5. Bonjour,

    Etant donne cette « situation delicate » est ce que vous prevoyez d’interroger des gens un peu au hasard au risque de reactions hostiles?
    Bravo et bonne continuation

  6. Doit on accepter le racisme sous le pretexte de la liberté d’expression? Si non alors pourquoi accepter le négationnisme? J’ai l’impression que le nationalisme actuelle dont la turquie est malade depuis 92 ans confine à du racisme ou  » l’autre » est tjs de trop mais que personne ose le dire ouvertement en raison de cette tradition depuis l’époque de la fondation de la republique turque en 1923.

  7. PS :

    Le mausolée de Talat pacha se trouve à Istanbul pourriez-vous nous en montrer quelques images merci!!

    De même il existe un boulevard Talat pacha. Peut-on imaginer un boulevard adolph Hitler à Berlin?

    Le quartier arménien est à Beyoglu demander à la population de vous expliquer ce qui s’est passé en 1942 ( les non musulmans ont du verser un impot supplémentaire et s’ils ne payaient pas directement camps de travail) et 1955 (pogrom anti grecs et arméniens ou les maisons et magazins à détruire étaient marqués par une croix)

    Que pensez du message du premier ministre turc en voyage à Bakou ce week end est qui a dit  » la vérité ne se batie pas sur des mensonges ». Qui est le menteur dans cette histoire?

  8. Salut très cher Tristan,

    Bravo et merci d’être le relais temoin de l’état des lieux de notre condition humaine. Le devoir de transmission est un devoir sacré. Car sans cela l’oubli, à l’instar des herbes folles, ensevelit très vite les faits commis et permettent, ainsi la continuité des barbaries. Tu es courageux et droit. Je suis fière de toi ;-)
    Bravo aussi à Alban, si jeune et déjà si concerné par les malheurs du monde.

    Bien à toi,

  9. Il est intéressant d’avoir le point de vue d’une mathématicienne, qu’en est-il de celui des enseignants?
    Dans les programmes scolaires comment est traitée cette période de l’histoire de la Turquie . Comment les historiens turcs l’évoquent-ils?
    Bonne continuation.
    Pierre.

  10. Première interview très intéressante sur la question de la pénalisation en effet de la négation du génocide. Est-il possible sans pénalisation qu’il y ait mémoire ? Je fais partie de ceux qui pensent qu’en effet, la pénalisation à savoir le passage de la recherche de la vérité historique à la loi est néfaste à la question de la mémoire, posant un cadre coercitif excluan le débat. Or, comme un certain nombre d’historiens (je précise non révisionniste) ou de philosophes (idem) je pense qu el’histoire est une construction fragile, une recherche fastidieuse d’éléments, et qu’il soit dans sa nature d’être discutée, rectifiée appréciée selon les conditions de sa pratique et non le cadre a priori de la loi.
    Quels sont les prochains interviewés ? Ce serait bien d’avoir la liste.
    Dans tous les cas je vois que d’emblée il y a une plus grande participation à ce blog-trotter que le premier ou bien celui que nous avons mené ces 15 derniers jours au Maroc ( vlog-trotter)
    Je mets votre logo et un post cet aprem sur vlog-trotter, renvoyant à votre recherche.

  11. Bonjour les blogtrotters. Vous n’avez pas froid aux yeux en l’état actuel des choses dans ce pays. Chapeau. Mais après tout vous êtes français, cher pays des droits de l’homme. Alors allez-y, ne vous gênez pas. Comme le dit Brad, plus haut, faites un micro trottoir dans la foule. C’est le meilleur « panel » ! Et puis si vous pouvez rencontrer le patriarche arménien Mutafian, qui lui aussi est menacé de mort, il serait instructif que vous lui posiez cette question dans le texte :  » Comment alliez-vous votre arménité face au génocide qu’a subit votre peuple, sa non reconnaissance par l’État et votre vécu ici ? ». Si la réponse est sibylline, tentez d’obtenir une réponse claire. Merci. Je sais que ce n’est pas évident. Au nom de tous les miens.

    Maxence.

  12. Bonjour Tristan,

    Je comprends tout à fait votre position à propos de la loi sur la négation du génocide arménien et en partie celle des turcs qui pensent que cette loi ne fait qu’alimenter la haine.

    En revanche nous ne pouvons dire que depuis 1915 la Turquie ait faite des efforts vis-a-vis de la reconnaissance du génocide mais bien au contraire en éduquant la contre thèse du génocide.

    Comment les arméniens peuvent-ils se proteger contre un état négationniste qui méne un combat international contre la diaspora arménienne.

    Comment la diaspora armenienne peut-elle aprés 92 ans avoir un respect de son histoire si elle ne se protége pas.

  13. On pourrait peut-être demander à Betul Tanbay si le débat sur la reconnaissance du génocide arménien n’est pas faussé en Turquie dans la mesure où l’on confond liberté d’expression et insulte à l’idetité du peuple turc (article 301 du code pénal). Donc, plutôt que de s’offusquer de la pénalisation de la négation du génocide en France ou en Suisse, ne vaudrait-il pas mieux pétitionner pour la suppression de cet article infâme.
    Par ailleurs, où en est la demande de création d’une commission scientifique internationale sous l’égide de l’ONU pour étudier la question historique du génocide arménien ?

  14. L’article 301 du code pénal a été rédigé par des députés turcs d’extrême droite pour s’assurer dans la perspective d’une adhésion à l’Union européenne que l’affirmation du génocide arménien ou la critique de l’occupation militaire de Chypre Nord seraient toujours pénalisées. Où en est la question de son abrogation ?

  15. Peut-on envisager une abrogation de l’article 301 alors qu’il a été rédigé pour pénaliser l’affirmation du génocide arménien et l’occupation militaire de Chypre Nord par des députés d’extrême-droite ?

  16. Très intéressant cette première interview. Et si effectivement il y a une pression sur les intellectuels en ce moment, on peut discuter du génocide en Turquie, il ne faut pas caricaturer la situation. Francky, il n’y a aucun mausolée Talat Pacha en Turquie! Il est enterré dans un coin de cimetière où personne ne va. Son corps a d’ailleurs été rendu à la Turquie par Hitler puisqu’il avait été assassiné à Berlin. Et à part quelques extrémistes, personne ne se réclame de cet héritage.
    Quant à la position de Betul Tunbay, elle reflète la position des démocrates turcs et des Arméniens de Turquie. Si le but est de parvenir à une reconnaissance du génocide par la Turquie, alors traiter les Turcs d’affreux négationnistes est simplement contre-productif. Armand, en France la loi Gayssot réprime le négationnisme de la Shoah. A l’époque, des historiens et intellectuels avaient souligné qu’elle risquait de restreindre la liberté d’expression. Cela ne veut pas dire qu’on soutient Faurisson. De même pour le génocide arménien. Et au passage, il n’y a aucune loi qui ait été votée en France sur la négation du génocide arménien.

  17. En revanche, vous annoncez un vidéoblog sur le génocide arménien et la première interview parle de Hrant Dink. N’est ce pas une première confusion? Hrant Dink n’a pas été assassiné parce qu’il était d’origine arménienne mais bien pour ses idées démocratiques.

  18. Guillaume,je ne vois pas en quoi traiter les turcs de négationnistes (affreux, c’est vous qui le dîtes) serait contre-productif. Pour moi, ce qui est contre-productif c’est le maintien de l’article 301 dans le code pénal turc, tout le reste c’est de la littérature. Croyez-vous sincèrement qu’en disant que les turcs ont une haute estime de la recehrceh historique, vous allez être productif ?

  19. Guillaume, en France la loi Gayssot a été votée parce que le négationnisme de la Shoah ne pouvait pas être pénalisé par une loi existante et notamment la loi de 1972 qui ne punit que les propos racistes ou antisémites pas la négation de faits historiques.

  20. salut Tristan,
    pas mal comme début… le rythme et la musique font une bonne entrée en matière
    deux remarques en passant :
    – « entretien » ou « vidéos » n’est-il pas plus approprié que « reportage » qui correspond quand même à un genre journalistique assez précis (je ne parle pas d’objectivité puisque ce débat est largement dépassé mais de forme, je veux dire faire des reportages, c’est un métier…)
    – mes amis stambouliotes « éclairés » refusent encore d’aborder le génocide arménien ; un sujet sur ce tabou profond de la société turque, en anglant sur les jeunes, ne serait-il pas intéressant ? tu peux aller voir les étudiants de Galatazarai par exemple…
    bon séjour (et fais toi emmener chez Haraf, la meilleure boîte d’Istanbul !)

  21. Guillaume, ne vous y trompez pas. Il n’y a pas confusion car il y a justement amalgame. Hrant Dink était un démocrate et il était arménien d’origine. Avez-vous déjà entendu dire qu’un démocrate turc fut assasiné pour ses idées ? Non. De même, que seuls les arméniens d’origine sont traduis devant les tribunaux et condamnés. Les autres sont relaxés. Mais la question n’est pas là. L’État turc propage un négationnisme à tout va affirmant qu’il n’y a jamais eu de génocide des arméniens, tout en jetant de la poudre aux yeux en direction de l’occident pour dire  » réunissons les historiens et nous verrons ». De qui se moque -t-on ? Non, ces gens sont indignes de partager le destin de l’Europe, incapables qu’ils sont d’affronter en face leurs vieux démons. En fait, c’est affligeant pour eux-mêmes.

  22. Alexandre vous dites « De même, que seuls les arméniens d’origine sont traduis devant les tribunaux et condamnés. Les autres sont relaxés. » C’est totalement faux. Où avez vous été chercher ça?
    Et « Avez-vous déjà entendu dire qu’un démocrate turc fut assassiné pour ses idées ? » Ben évidemment! Je vous invite à vous intéresser de plus près à la société turque qui est plus complexe que vous ne le soupçonnez.

    Ptit Loup, le sujet de l’article 301 est un autre sujet et il me semble que vous n’avez pas tout compris là dessus. Il n’a jamais été rédigé par des députés d’extreme droite mais par l’AKP et pas pour les raisons que vous invoquez. La question n’est pas l’existence d’un tel article. Son équivalent existe dans le code pénal français. La question c’est son interprétation par des magistrats turcs souvent très nationalistes.

  23. Merci Guillaume pour cette précision. Il me semblait pourtant que la réforme du code pénal était une initiative AKP mais que l’article 301 était bien le résultat d’un amendement de députés d’extrême-droite. Me confirmez-vous que j’ai tort ? Ce n’est vraiment pas un autre sujet puisqu’on condamne en son nom l’affirmation du génocide arménien comme insulte à l’identité turque. Les juges turcs ne font qu’appliquer la loi. Ils ne se trompent pas sur son interprétation. R. Faurisson vient à nouveau d’être condamné en France pour avoir traîté la Shoah de mensonge international. Imaginez ce discours comme étant le discours officiel de la France depuis 1945 pénalisant tous ceux qui prétendent qu’il y a eu génocide. Ce n’est pas en disant que les deux versions se valent que vous rendrez justice aux victimes ou à leurs descendants.

  24. De toutes façons, pour de la basse politique traduite en parts de marchés, on marche (au sens propre) sur les cadavres d’un peuple exterminé par pure racisme. Voilà la dernière Guillaume, Mark Parris ancien ambassadeur US en Turquie s’oppose à la reconnaissance du génocide arménien. Ah, ils sont beaux à voir ! Tout autre discours sur des points de détail : Eux sont été condamnés et pas les autres, n’offrent aucun intérêt. Voir le Wall Street
    http://users1.wsj.com/lmda/do/checkLogin?mg=wsj-users1&url=http%3A%2F%2Fonline.wsj.com%2Farticle%2FSB117366314028033780.html

    Une seule chose compte pour ce peuple meurtri et spolié, le soutien des démocrates du monde entier afin que plus jamais on ne puisse dire : personne n’a rien fait pour que l’État turc reconnaisse les crimes Ottomans, la voie est libre. Comme l’a dit Hitler « Qui se souvient du massacre des arméniens ». Plus de palabres, des actes !

  25. Maxence, les américains y viendront comme les autres. Pour l’instant, ils sont plus préoccupés à maintenir leurs bonnes relations avec la Turquie que de résoudre un problème mémoriel presque centenaire : « don’t go cold on Turkey »…

  26. Bravo les amis et merci pour ce premier reportage. je suis assoiffé d’infos sur le génocide arménien, peut-être un historien pourrait raconter ce qui s’est passé et la façon dont l’État turc a écrit l’histoire… je post immédiatement chez moi, bravo pour écrans et fluctuat.

    À tous les internautes : n’hésitez pas à soutenir Alban et Tristan avec une donation, même petite, ça compte beaucoup pour eux… :)

  27. J’ai cru entendre que les slogans « Nous sommes tous arméniens, nous sommes tous Hrant Dink » ont fait des problèmes au sein de la société turque mais aussi pour le maire de Sisli.

    Quels sont les accusations ?

    Nous avons tous été ému par ce rassemblement solidaire en Turquie et beaucoup ont meme commencer à rever..de dialogue, de paix…

    Mais aujourd’hui ce sont les slogans moqueurs tel que « Nous sommes tous Turcs » qui apparaissent.

    Que devons-nous en tirer comme conclusion ?

  28. Brad> Merci pour ton mot. Nous allons essayer de rencontrer dès demain quelqu’un qui est hostile à la qualification de génocide arménien.
    Francky> Nous allons essayer de trouver le mausolée de Talaat Pacha à Istanbul. Nous avons cru comprendre que le boulevard Talaat Pacha était quant à lui à Ankara et non à Istanbul.
    Tatihannah> Merci pour ton mot de soutien, merci de penser à nous. :)
    Pierre> Tu nous interroges sur le point de vue des enseignants, c’est ce que nous allons tenter de faire dans les prochains jours.
    Philippe> Merci de ton soutien.
    Maxence> Pour un micro-trottoir dans la foule, notre problème est que nous ne parlons pas le turc. Mais nous essayerons de donner des points de vue divers.
    Evripu, P’tit loup> Cet article 301 est effectivement un sujet en soi. Nous allons tenter de rapporter ce problème à nos interlocuteurs.
    Guillaume> On nous a aussi parlé d’un mausolée Taalat Pacha, mais tu as probablement raison, il s’agit d’un cimetière. Nous irons voir sur place. En revanche, je pense que Hrant Dink a bien été abattu pour son combat sur le génocide arménien (c’est aussi pour cela qu’il fut condamné par des magistrats turcs), c’est du moins ce que nous ont dit certains de ses proches.
    Blocal> Merci à toi. :)

  29. Bonjour,

    Je suis en france mais turc d’origine. Bon d’après ce que je viens de voir vous aborder le fait qu’il y a un génocide à part entière. Vous devez prendre plus de précaution, car dans l’esprit turc et aussi le mien, le doute persiste.

    Désolé les arméniens, mais je suis conscient que comme l’a dit Orhan Pamuk, il y a eu des massacres qui relève du nettoyage ethnique à connotation génocidaire par endroit (voir la similitude avec le kossovo), plutôt que du génocide. La particularité du génocide est l’extermination totale de la population concerné et donc pourquoi, il y a eu des notes faisant allusion à la déportation.

    Nous savons aussi que la la période avait radicaliser la position du mouvement jeune turc de l’époque qui voyait les populations non-turc comme un danger et cela ne facilite pas la tâche.

    Bon sinon, les questions intéressante sont lors de l’execution des arméniens les enfants ont ils été systématiquement extérminés ?

    Y a t’il eu des rescapés arméniens suite à une conversion à l’islam ?

    Est ce que les ordres de déportations avaient pour but l’arrivée dans des camps de concentration ?

    Est ce que toute la société turc (1915) de l’époque avait dans l’esprit d’éradiquer les non turc de la surface de la terre ?

    Voilà les réponses aux questions que j’espère trouver sur votre blog.

    cordialement,

    erdal

  30. Bonjour,

    Le plus célèbre des intellectuels turcs réfutant la thèse du génocide arménien est Gündüz Aktan. Sa maîtrise du sujet et son expertise sont reconnues, notamment par ses adversaires. Une interview de cette personne serait très éclairante sur la réalité du débat en cours en Turquie.

    Sinon, je rappelle ce mot de l’académicien français Pierre Nora : « Il est plus facile de débattre de la question arménienne à Istanbul qu’à Paris » (interview publiée le 12 mai 2006 dans le quotidien turc Zaman), en réaction à la tentative de censurer le débat historique en France.

    Le collectif « Liberté pour l’Histoire », qui rassemble plus de 600 historiens français, dont Pierre Nora, s’est élevé contre le projet de loi pénalisant la négation du génocide arménien.

    Il serait en outre bon de se souvenir qu’en France des historiens de premier plan comme Gilles Veinstein et Bernard Lewis ont été la cible des militants arméniens pour avoir déclaré publiquement qu’il n’y avait pas eu de génocide arménien.

    Bon courage !

  31. C’est avec intérêt que j’ai pris connaissance de votre projet. Toutefois, quitte à être un peu long et en espérant que vous ne refusez (modérez) pas les critiques, je souhaiterais partager étayer un certain nombre d’observations personnelles. Je trouve tout d’abord que vous utilisez des expressions assez dures dans la présentation du sujet. L’objectif de notre tournage, vous dites, sera de questionner la société turque d’aujourd’hui sur son passé génocidaire (le génocide arménien qu’elle a commis en 1915). Peut-on tenir la société turque actuelle pénalement ou moralement responsable des évènements survenus il y a plus de 92 ans ? La société française d’aujourd’hui est-elle responsable des crimes commis par, entre autres, Klaus Barbi, Paul Touvier ou Maurice Papon durant la seconde guerre mondiale ? Concrètement, en tant que citoyens français considérez-vous comme les complices de ces tragédies ? Et pourquoi “questionner” et non pas “interroger” ou “interviewer” la société turque qui, à vos yeux, semble mériter une instruction à charge.

    Deuxièmement, je crois que l’on fait une grave erreur en taxant de négationnistes tous les historiens (d’ailleurs assez nombreux) qui refusent la « qualification » de génocide. La CIJ a récemment refusé d’imputer à la Serbie la responsabilité du génocide bosniaque. Les juges internationaux qui ont pris cette décision sont-ils des négationnistes à l’instar des racistes et antisémites odieux comme Robert Faurisson ou Henri Roques ?

    On parle volontiers dans la presse occidentale de la condamnation (déplorable) de Hrant Dink, tout en occultant étrangement celle en France de Bernard Lewis parce que ce dernier après des années de recherche dans les archives ottomanes estimait (dans une interview publiée dans Le Monde) qu’il ne serait pas approprié et opportun d’utiliser le terme de « génocide » du fait que le gouvernement ottoman de 1915 n’avait pas agi dans le but d’exterminer les Arméniens. Pierre Nora qualifie la condamnation civile de Bernard Lewis de « terrorisme intellectuel ». Bernard Lewis, Gilles Veinstein, Robert Mantran, Louis Bazin, Maxime Rodinson (condamnés au silence par la censure ou par les Tribunaux) sont-ils tous des historiens racistes, anti-arméniens à la botte de la Turquie ? Et le gouvernement britannique, quand il soutient cette même position, se rend-il coupable de négationnisme ?

    Personne, parmi les historiens précités et les historiens turcs, ne nie la tragédie vécue par les Arméniens, ni leur mémoire extrêmement douloureuse, ni la non-reconnaissance de ce drame par les autorités turques. S’agit-il pour autant d’un génocide ? Faut-il pour autant minimiser la tragédie vécue par les Turcs et leur mémoire ?

    Quant à l’argument qui consiste à dire que toute tentative d’explication, tout débat est une forme subtile de négationnisme, que serait alors la démocratie sans le droit de défense au risque de se tromper ?

    Maria Teresa Di Lascia disait : Il est bien plus difficile de démontrer l’innocence d’un innocent que de défendre un coupable.

    P.S. : Je me permets de vous suggérer d’entrer en contact avec Ilber Ortayli, historien de renom et directeur du musée Topkapi à Istanbul.

  32. La proposition de La Thilde d’aller interroger les étudiants de l’université de Galatasaray au sujet du génocide relève quasiment de la provocation…
    Cela dit, la pratique de cet établissement durant deux années en tant qu’enseignant m’a permis, d’une part de me faire une idée assez précise de ce que peut être le nationalisme turc (y compris dans le décervelage des jeunes depuis le primaire jusqu’à la thèse d’État!), d’autre part de découvrir la démocratie « a la turca », bien différente de celle qui berça d’illusions un certain nombre d’entre nous qui, à l’époque de leurs 20 ans, admirèrent Atatürk.

  33. heureusement que Blocal est là pour nous informer de cette possibilité de soutien, même maigre! ;)
    En effet, j’ai été désolée d’apprendre que certains de vos projets étaient tombés à l’eau faute de moyen. Quand on voit ce que vous êtes capable de faire, on se dit que c’est bien dommage! Encore bravo, pour vos bonnes idées, votre ténacité, et votre courage!

  34. Je sais pas, si vraiment, les francais realisent l impact qu a pu apporter simplement une ouverture de negociation en vue d’adherer a l UE…il y a eu un debut de processus democratique avec des reformes cles concernant notamment la liberte d expression qui s est traduit par l organisation d une conference en 2006 sur les evenements de 1915…Bien sur on est bien loin du compte encore! D autant plus, que des elements exterieurs s averent totalement contre productifs comme le texte adopte par votre assemble nationale dans une periode electorale (a vous de juger la sincerite de vos candidats…), cette mesure a malheureusement alimente les velleites nationnalistes en Turquie et renforcer cette these chere aux nationalistes “ Nous contre Eux”.
    La configuration politique de la turquie est d une extreme complexite: vous avez d un cote les republicains du CHP, proches des militaires, qui appliquent le dogme kemaliste et montrent un certain nationnalisme alarmant, de l autre cote les religieux de l AKP… ( sans citer les anti-occidentaux seculiers et des antidemocrates athees). Les deux forces politiques majeures CHP et AKP diametralement opposees, s accordent en revanche sur le negation du genocide. L article 301 n est pas encore abroge egalement pour raison electorale… le gouvernement actuel ne veut pas froisser une partie de son electorat nationnaliste, cependant je reste persuade qu il saura modifie s ils sont de nouveau porte au pouvoir a contrario du CHP.

    La reconnaissance du genocide armenien prendra du temps, elle doit passer par un dialogue fort et pleine de confiance entre turcs et armeniens, pas par des lois absurdes.

    PS: Desole pour les fautes, je dispose d un clavier arabe…
    Pensez vous interviewer des armeniens durant votre sejour?

    Higuins

  35. Bonjour Tristan,
    Je vois que ce 2e opus de blogtrotter commence bien. Il y a eu une publicité du tonnerre et l’affluence est au rendez-vous!!!
    Etant un peu comme le simple face à une chose qu’il ne connait pas, pourrait-on avoir les deux visions des « événements »?
    Irez-vous dans la région touchée par les « événements »?
    C’est très français de dire événement à la place d’un mot qu’on n’ose prononcé!

  36. tu sais ô combien j’admire tes prises de position, ton franc-parlé(résultat d’une belle éducation),ton courage et ta volonté de transmettre tout ce qu’il ne faut pas ignorer!!!!!!
    manque de bol je n’ai pas le son…
    as tu un remède?
    mille bisous de soutien

  37. hum… On remaque des similitudes avec le génocide Cambodgien. Il est difficile de faire reconnaitre au public les crimes du régime. Si on compare aux crimes de Hiltler il y a des différences au niveaux de la mémoire du peuple. L’Allemagne a été envahi et occupé a la fin de la guerre et donc forcé de se repentir de ses crimes. Les élites avaient toutes été tués ou emprisonnés a la fin de la guerre aussi.

    Le devoir de mémoire en Allemagne est clair et les crimes reconnues. Le Cambodge et la Turquie n’ont pas eu ce devoir de mémoire car ils n’ont pas été envahi ni occupé par une force international.

    Il y a beaucoup a dire sur la Chine ou meme la Russie dans ce domaine aussi … Il y a eu des massacres équivalents a celui du Cambodge par exemple. La population a t-elle fait son devoir de mémoire ?Je n’en ai pas l’impression. Par exemple un russe que je connais pense que Staline est un grand leader. Pourtant c’est un type normal qui est meme diplomé d’une école d’ingénieur. Staline est admiré par 49% des russes d’apres un récent sondage !

  38. Je vous invite tous à lire le livre de Hrant Dink « Deux peuples proches, deux voisins lointains, Arménie-Turquie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.