Temoignages de refugies darfouris II

Suite des temoigages obtenus au camp de refugies Gaga a moins de 80 km du Darfour. Les refugies nous expliquent leur crainte de voir le conflit s etendre au Tchad.

Related Posts with Thumbnails

4 réponses sur “Temoignages de refugies darfouris II”

  1. Le début de leur hymne national : « Nahnou Djoundoulla Djoundoulwatan » (Nous sommes les soldats de Dieu et de la patrie). Mais quand Dieu et la patrie s’en vont, ils restent les soldats de leur survie, toujours. Belle Afrique, beaux Africains, à suivre ensemble de derrière notre chance.

  2. Bravo pour ces témoignages…
    Existe t-il de la violence à l’intérieur du camp ?
    Arrivez vous à comprendre les personnes que vous interviewez dans leur réactions, leur propos par rapport à leur sort ?
    Ou pensez vous qu’il y a une tros grande différence culturel et de vécu pour que l’on puisse les comprendre, nous occidentaux ?
    Ne gaspillez pas de la bande passante pour ces questions, vous pourrez me répondre à votre retour…

  3. Bravo à tous deux pour ces témoignages précieux que vous partagez avec nous tous les jours, et dans ces conditions extrêmes !
    Les réfugiés que vous avez interrogé savent-ils si ce sont les mêmes bandes qui font des ravages maintenant au Tchad que ceux qui sévissent au Darfour ?
    Et savent-ils s’ils s’en prennent surtout au réfugiés darfouriens qui ont passé la frontière ou aussi aux villageois tchadiens ?
    Prenez bien soin de vous !

  4. Bonjour tout d’abord…
    Je vous suis à présent depuis 3 ou 4 jours. Y’a pas de mots pour décrire l’horreur.
    Vous restez pudiques, mais les infos sont là et l’émotion de vos témoins est palpable, même à travers des écrans. Merci pour ça.

    Maureen.

    Hier sur France 2 il y avait ceci:
    A lire sur le site de france 2/Envoyé Special.

    De la capitale Khartoum à la province du Darfour, Patrice Lorton est parti à la rencontre des populations soudanaises confrontées à la guerre. Il a pu suivre le travail d’une O.N.G. française, l’A.M.I., Aide Médicale Internationale, une des rares ONG qui soit représentée dans tout le territoire, aussi bien sous contrôle gouvernemental que rebelle.

    Depuis 4 ans, le Darfour, province du nord ouest du Soudan est en guerre. Aujourd’hui le conflit déborde sur le Tchad voisin et semble s’installer durablement.
    Notre reporter Gilles Jacquier a parcouru la frontière du nord au sud entre le Soudan et le Tchad.
    Reportage exclusif dans une zone où l’absence de force de sécurité permet à des miliciens et à des rebelles de semer le chaos dans de nombreux villages tchadiens proches du Darfour. Sur fond de discrimination ethnique, les Janjawids, les miliciens locaux, les rebelles soudanais et tchadiens s’affrontent le long de cette frontière.
    Une guerre à distance entre Khartoum et N’Djamena qui fait des ravages.
    Résultats : des milliers de paysans tchadiens quittent leurs villages pour fuir les tueries, les viols, les pillages systématiques de leurs récoltes.
    Des villageois se retrouvent à leur tour dans des camps comme les réfugiés soudanais. Les conditions de vie y sont particulièrement difficiles. L’insécurité et des problèmes de malnutrition touchent de plus en plus d’enfants.
    L’exode paraît être sans fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.