Education Saami, clé de la survie culturelle

Nous avons visité le Centre éducatif Saami de Jokkmokk cet après-midi, et rencontré notamment l’un de ses administrateurs, Per Stefan Labba. Plus que jamais, l’éducation est la pierre angulaire de la survie de leurs traditions ancestrales qui remonteraient au 4e siècle. Le centre reposant sur des fonds publics et privés, dispense des cours de couture, de cuisine ou de langues Saami.
Séquence.

La suite très vite.

17 réponses sur “Education Saami, clé de la survie culturelle”

  1. Bonjour Alban et Tristan,
    Trop marrant de découvrir que vous faites un sujet sur les saami! Je viens de voir le film de Nils Gaup « Rébeillon à Kautokeino » hier soir et je me suis dit qu’il fallait absolument parler plus des saamis, leur histoire et le problématique, et voilà ce que je découvre en ecoutant France Inter juste le lendemain. Je m’imagine que vous avez déja vu ce film, mais si non je vous le conseil (et à tout le monde aussi d’ailleurs).
    Si non j’espère que vous allez bien et je vous souhaite un bon séjour en Suède!
    Bises Stina (la suédoise venu à Louvier l’année dernière avec Samar)

  2. @Stina: Merci beaucoup pour ton mot ! Nous n’avons pas vu le film dont tu parles mais nous essayerons de le voir. Quelle coïncidence de te retrouver ici ! :)
    Bises, Tristan et Alban

  3. A quand les photos de vous en costumes traditionnels ?
    Assez peu d’illustrations sur Flickr avec le tag « saami » : http://www.flickr.com/search/?q=saami&m=tags

    Pas trouvé non plus de wikipedia en langue Saami.
    Ca ressemble à quoi ?
    Quelques infos ici : http://en.wikipedia.org/wiki/Sami_languages

    PS : C’est DM qui fait automatiquement la traduction ? ou vous qui entrez les textes ? Il y a aussi http://dotsub.com/ (je crois que c’est top… mais ai pas réussi à le faire marché :(

  4. Bonjour,
    Je suis allée en Norvège cet été, et les Saami y sont aussi présents. Comme en Suède, leur culture semble en perdition et, même si des efforts sont faits localement pour les aider, ils deviennent peu à peu plus une attraction touristique qu’autre chose, et c’est vraiment navrant.

  5. Bonjour les blogtrotters,

    Je suis moi même en train de préparer mon voyage en Norvège pour cet été et je compte partir pour un mois minimum afin de comprendre un peu mieux le problème Saami et voir où en est leur intégration au sein de la société norvégienne. C’est donc avec plaisir que je suis tombée sur votre site et si ça ne vous dérange pas j’aimerai vous posez quelques questions…

    Tout d’abord je ne sais pas si vous avez discuter de ce peuple avec d’autres suédois (ceux vivant dans le sud par exemple et n’étant pas Saami), mais si c’est le cas, est-ce que les gens en parle facilement ou est-ce que ce sujet reste assez tabou ?
    Est ce que vous savez si certains Saami partent vivre dans le sud pour étudier ou travailler ou est-ce que la majorité reste dans leur communauté afin de ne pas dissoudre leur peuple (minoritaire) et de garder leurs traditions ?
    Enfin j’ai lu que, en tant que nomades, les Saami se déplacent avec leurs troupeaux pendant l’été, il est donc plus difficile de les rencontrer en été qu’en hiver hormis ceux présents dans les « villages touristiques ». Or c’est justement pendant cette période que je compte partir (pas d’autre choix à cause des cours) et j’aurai souhaité vivre avec eux quelques jours, pensez vous que cela peut tout de même être réalisable ?

    Merci de partager vos expériences et encore bon voyage !

  6. Bonjour,

    Je suis moi-même norvégienne et j’ai des amis Saami. Il ne me semble pas qu’il y ait de discrimination visible envers cette minorité aujourd’hui, même si c’est bien connu au travers de l’histoire. En Norvège il aurait dans ce cas autant de discrimination sous formes de blagues envers les norvégiens du nord et les Suédois que les Saami.

    Beaucoup de Saami descendent dans le sud pour étudier et travailler, principalement à Oslo, où il y a une petite communauté, il y a donc pas mal d’événements organisés, des fêtes, des concerts etc.

    En discutant avec les Saamis, les principaux problèmes rencontrés sont surtout au niveau du changement climatique, cela pose de gros problèmes pour l’élevage des rennes. La plupart des Saamis sont aujourdh’hui modernisés, ils vivent dans des maisons et circulent en scooter de neige.

    En norvège, les Saamis sont respectés et en écoutant le discours de jeunes Saamis, il me semble que les traditions et les croyances sont bien préservées et valorisées, ce serait plus une question de transmission que de modernisation.

    J’ai été un peu surprise par certains regards sur le peuple Saami comme une minorité qui serait véritablement mise en injustice et dont « l’identité » serait en danger.
    L’identité est pour moi une question subjective, nourrie par la transmission intergénérationnelle.
    Je pense que cette transmission chez les Saamis fait très bien son travail. Elle est bien sûr touchée comme nous le sommes tous par l’avancée du temps et des conditions dans lesquelles nous vivons.

    Mathilde, si tu veux aller voir les Saamis, je te conseille d’aller à Kautokeino, c’est une des plus grandes villes Saamis. Il y a là une majorité de Saami et cela te permettrait de faire le lien avec ceux qui sont en train de travailler avec les rennes dans la plaine. Le meilleur moment d’y aller est tout de même à Pâques, il y a alors le festival de pâques, moment très festif où la fin du temps « obscur » se fête.

    Bon courage pour ton travail!

    Hélène.

  7. Bonsoir,
    d’origine finlandaise et le nom de mes grands-parents voulant dire « de Laponie », j’ai trouvé votre reportage très intéressant . Malheureusement, je n’ai pas encore été au-delà du Cercle polaire (je crains fichtrement le froid). Sinon, qui êtes-vous les Blogtrotters ??? Je vais aller voir vos autres reportages…
    Merci en tout cas de vous être penchés sur les Saami. On n’en parle quasiment jamais.

  8. @Mathilde: on nous a expliqué que les Saami étaient perçus différemment du nord au sud du fait qu’ils sont surtout au nord et qu’au sud, les suédois ne les croisent que rarement.

  9. @ Mathilde : pour y être allée l’été dernier, et si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à monter au nord, destination le Spitzberg (enfin, le Svaalbard) c’est franchement magique !

  10. Merci beaucoup pour vos réponses et vos conseils !
    Mon projet vient de faire un pas de plus grâce à vous :)

  11. Hello les Amis,

    Un petit reproche : prévenez vos « adhérents » par mail quand vous partez en expédition.

    Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.