Cambodge, une mémoire en question : jour 2/10

Deuxième jour après quelques péripéties, nous nous retrouvons à l’inauguration du centre de mémoire visuelle, Bophana, lancé par Rithy Panh (le réalisateur du documentaire S21). Ce beau projet a pour objet de rendre au Cambodge sa mémoire audiovisuelle et notamment celle de ses années noires. En présence du ministre de la culture cambodgien, du président de l’INA, et de l’ambassadeur de France à Phnom Penh, l’événement fut l’occasion pour nous de revoir Rithy Panh et finalement de lui poser quelques questions. Nous croisions également Thanareen Than, une documentaliste qui travaille dans le centre.

PS : La manifestation s’attacha également à saluer la mémoire de Sabine Trannin (que j’avais croisée à Paris pour blogtrotters peu avant son décès), une jeune demoiselle qui coordonnait le projet Bophana. Nos condoléances vont à sa famille et à ses proches.



8 réponses sur “Cambodge, une mémoire en question : jour 2/10”

  1. Un zozotement doublé d’un accent cambodgien, c’est tout simplement irrésistible. Encore bravo continuez comme ça ! Il faut une autorisation pour flimer les paysages ?

  2. La mémoire est l’autre nom de l’avenir. Quelle putain de phrase! C’est toute la problématique mémorielle, Dérida est trop puissant. merci les amis.
    (au fait, je crois qu’il y a quelques minutes de noir en fin de bande dans la vidéo ;););)

  3. Vraiment très bien de retrouver là, celui que vous aviez rencontré en France à l’origine. Je le dis pour Blocal c’est Derrida que cela s’écrit. Mais la référence oui, en effet pourquoi pas. J’attends avec hâte la suite de votre enquête, et sans doute des croisements entre mémoire longue (celle qui part bien avant les Khmers rouges) et de l’autre celle qui s’est effondrée avec leur régime.

  4. Meguini> Promis on essaye de filmer un peu plus de paysage. :)
    Blocal> Merci pour ton soutien. Il y a quelques minutes de noire après le générique de fin. Problème technique qu’on va résoudre dès qu’on peut.
    Xeum> On va essayer du mieux qu’on pourra…

  5. C’est toujours un moment particulier, quand un projet mûri pendant des mois, se concrétise enfin. Je suis convaincue qu’à travers cette alchimie (reportage, téléphone, blog et bidouille), on peut produire des contenus différents. La vidéo et le travail documentaire, ce sont tes éléments de prédilection, tu y es vraiment bon. Je suis ravie pour toi que tu explores cette formule en temps réel. Nous sommes tous en rodage et on apprend tous les jours. C’est original de partir à deux avec votre équipement perso pour produire des documents visuels et contribuer ainsi au devoir de mémoire.

    Bon courage et bon vent, de tout coeur avec toi.

  6. Bravo les gars pour vot’ boulot, qui nous éclaire à distance sur un sujet encore mal compris et peu visité de l’intérieur comme vous le faites. Vous êtes courageux, vous nous rendez plus intelligent, plus informés, z’êtes les meilleurs !!!

  7. Bravo les gars, j’ai beaucoup aimé vos reportages sur le Cambodge. Ce qui est intéressant de laisser la parole aux gens., et prendre le temps de parler avec eux. Avec vos reportages, ça me parmet de me débarasser du stress puisque je suis en ce moment loin de mon pays.

    Bonne continuation !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.