Des ossements en quête de leur identité


L’Équipe argentine d’anthropologie médico-légale (l’EAAF) travaille depuis 1984 à l’identification des restes humains de ceux qui sont disparus durant la dictature. Ils sont solicités dans les différents procès d’anciens tortionnaires qui se tiennent actuellement à Buenos Aires. Nous avons eu la chance de pouvoir les rencontrer, de visiter leur laboratoire (en respectant certaines conditions) et de leur poser quelques questions sur leur travail. Nous remercions particulièrement Sofia Egana et Pablo Gallo pour leur accueil et leur disponibilité.

Ce qu’on utilise : caméra zi8 prêtée par Kodak, HF, monopied – montage imovie – LiveType pour le générique – hébergement Dailymotion – blog wordpress, iPhone, MacBook pro 13 pouces sous Leopard. Sonore : Salif Keita – Ana Na Ming

Related Posts with Thumbnails

3 réponses sur “Des ossements en quête de leur identité”

    1. Jean> Il semble que ces échantillons soient des échantillons témoins dont l’EAAF connait l’âge. Il leur suffit alors de comparer avec ceux qu’ils trouvent pour estimer l’âge de la victime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.