La communauté du Grand Bayou, victime culturelle de Katrina

Cela fait 300 ans que cette minuscule communauté, d’origine amérindienne et… française vit sur les bords du Grand Bayou au sud de la Louisiane. Cette communauté de pêcheur a durement été frappée par Katrina et aujourd’hui sa culture est au bord de l’extinction. Nous avons eu la chance de rencontrer sa porte-parole, Rosina Philippe, une femme plein d’énergie qui tente de convaincre les autorités américaines de ne pas les laisser disparaitre. Une joie de vivre incroyable, chaleureux, les habitants du bayou nous ont montré une belle leçon de vie, harmonieuse, sans prétention, très loin de l’american dream. Nous les remercions pour leur accueil et leur gentillesse. Nous ne les oublierons pas de sitôt.



Grand Bayou, victime culturelle de Katrina par BlogTrotters

NB : la traduction très approximative, n’est là que pour ceux qui ne comprennent absolument pas l’anglais. :)

Quant à nous, c’est bientôt le départ. Comme à chaque fois, nous souhaiterions rester plus longtemps, mais des choses bassement matérielles (l’argent, le travail) nous en empêchent.
Merci à tous ceux qui nous ont suivis durant cette semaine à la Nouvelle-Orléans.
Merci à ceux qui ont participé d’une manière ou d’une autre à cette expérience numérique.
Nous posterons d’autres videos (nous en avons beaucoup !) dès notre retour. Suivez le feed !

9 réponses sur “La communauté du Grand Bayou, victime culturelle de Katrina”

  1. Tristan, Alban,

    Encore une fois vous mettez judicieusement le doigt sur nos démissions, nos douleurs, nos incompétences… Pour tout dire des scandales à l’échelle planétaire, qu’ils proviennent de démocraties ou d’Etats totalitaires. Il y en a tant que vous pourriez y passer votre vie toute entière à les débusquer et les décrypter.

    Alors encore bravo pour la qualité de vos interventions dans des conditions, toujours expérimentales ;-) dont je souhaiterais qu’elle fussent vues par plus d’internautes. Que faire pour multiplier votre auditoire ?

    Bon retour

    Jean

  2. l’argent est le nerf de la survie des communautés ou qu’elles soit: donc pourquoi pas une aide de la communauté francophone d’amérique du nord. Québec ou autres…
    1er point les marais pleins d’arbres des bayous c’est cela aujourd’hui..
    2em point aprés un cyclone au viet-nam à l’époque ma mere avait..
    pendant la guerre la maison de bord de mer dans son pays avait disparue
    + l’indépendance aprés + le reste..
    donc je résume aujourd’hui les phénomenes météo détruisent autant qu’autrefois ensuite au viet nam ils parlent et apprennent l’anglais proximité des aides et oublie du français..sauf de personnes agées aujourd’hui.
    je prédit que cela s’arrangera sauf que parier sur une minorité en voie d’assimilation en espérant la sauver en par exemple lui donnant pas un rond de France:Assimiler dans la masse us que voulez vous c’est ainsi.

  3. Bravo Messieurs. C’est avec grand plaisir que j’ai suivi votre périple à La Nouvelle-Orléans… Le concept de ce blog est génial…
    Une petite question anecdotique pour Tristan : est-ce qu’on t’a déjà dit que tu ressemblais à l’acteur Adrien Brody ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.